Listes de prix

La vie est un brouillon...
18 oeuvres


Série inspirée par le film américano-norvégien "Factotum", réalisé par Bent Hamer. Dessin au stylo sur papier machine, matériel dont tout un chacun dispose. Choix d'un petit format : 10x16,5 cm, qui accentue le fait que chaque vie est une goutte d'eau dans l'océan. Pourtant nos actes, quels qu'ils soient, ont des conséquences. La vie est un brouillon que l'on ne peut pas mettre au propre comme l'évoque Kundera dans son livre "L'insoutenable légèreté de l'être".

Motif
25 oeuvres


Cadrage, trame : montrer l'invisible dans le trop visible. Voyage visuel entre l'abstrait et la représentation, à la frontière de la dématérialisation... Jeu de regard, recherche de minimalisme, en attendant le RER A. Le message de la 4x3 est gommé par le recadrage de mon regard.

Oh !... Ok...
5 oeuvres


Série de 5 toiles emprunte d'humour et de poésie, inspirée par le film "Fenêtre sur cour" d'Alfred Hitchcock. Peindre "en série" à la main des extraits de film, pour les filmer à nouveau : démarche absurde vis à vis de l'histoire de l'art ! Regard sur la société qui déconstruit, reconstruit, détourne, contourne, retourne ; et qui remet en question la place de l'homme, et de l'art, face à la machine... Les personnages -Grace Kelly et James Stewart- scrutent derrière nous : sensation étrange que q

Vidéos
23 oeuvres


Mon travail avec la vidéo a commencé lors de spectacles entre 2008 et 2012, par la vidéoprojection d'animation manuelle en direct. Ce médium permet d'animer des peintures, des photos, de filmer le processus de création, d'associer l'image au son. Le rapport au temps, et au corps, est encore différent.

The Grindhouse
21 oeuvres


Arrêts sur image peints du film " Death Proof " de Quentin Tarantino, pour déplacer la pensée, donner à voir autrement. Le spectateur devient la tête de lecture, se crée son propre film et devient acteur lors de son déplacement face aux oeuvres de la série. Trichromie + blanc sur papier

Prises de vue
231 oeuvres


Shootings sauvages et spontanés avec un téléphone portable. Saisie de moments, captation de lumière, capture de mouvement (marche, danse,... ). Le hasard, et la notion d'instant unique (possibilité de manquer l'image), font partie de la démarche. La zone de création permet un jeu qui "féconde le réel". L'image dialogue avec le regardeur, et s'émancipe de l'intention de son auteur.

Le Mépris
20 oeuvres


Série d'après le film de Jean-Luc Godard. Trichromie (+noir et blanc) sur papier, sur toile et sur verre. Arrêts sur image photographiés, puis peints du film. De l'image animée, repasser à l'instant capté, par la peinture. Arrêter le temps, mettre la pensée en mouvement...

Le même autrement
4 oeuvres


Cette série présente des angles d'approche plastique différents pour traiter un même sujet. Plus ou moins abouti, à la peinture ou au crayon, l'image raconte autre chose.

Animaux
19 oeuvres


Peintures en trichromie (+blanc), et dessins au crayon à papier, d'après les photographies noir et blanc de Marie Lauff.

D'après le réel
6 oeuvres


Après avoir pris comme source d'inspiration le travail photographique de Jacques Faujour, je peins en trichromie, d'après le réel. Les sujets sont des objets simples, paysages, autoportraits...

Trichromies
10 oeuvres


Travail que je nomme "trichromie", car je n'utilise que 3 couleurs + le blanc. D'après le travail photographique noir et blanc de Jacques Faujour.

Créé avec Artmajeur