L'escalier (2018)

7,5x5,1 in ~ Dessin, Stylo à bille


Contact

Ce sont nos premières vacances dans un hôtel somptueux, encore dans son jus. Avec un escalier principal qui domine une entrée magnifique. Le garde-corps à gauche manque pour laisser entrevoir l’architecture vétuste mais originale. L’amour nous poursuit toujours, à tout moment. Il se plie en quatre pour moi et ça m’attriste. Je ne sais pas pourquoi je fuis son cœur alors que le mien l’appelle. Ses efforts sont énormes pour nous et mon corps le demande, ce n’est que ma tête qui me freine.
Les soins qu’il me procure ne sont pas assez efficaces mais il n’a pas à s’en vouloir. Mon voyage vers lui est comme ces escaliers : long et craquelant sous mes pas, je sens sa force mais il manque de sécurité. Ma tête se videra peut-être durant ce séjour et je laisserai mon esprit s’évader par les fenêtres qui nous dominent. C'est la chance qu’il nous reste, dans un paradis éphémère comme celui-ci il se peut que le bonheur me titille. Même s’il en est l’artisan, quelques outils ne sont pas à sa portée.
Aimer simplement, je ne connais pas mais lui faire du mal avec complexité c’est sûrement ce qui m’est destiné. J’ai besoin de tout oublier pendant une nuit, un jour ou dix. Ce sont les vacances, pour mon être aussi, surtout pour mon esprit et mes sentiments. Je l’aime mais pas comme notre union le laisse entendre et c’est ce qui est le plus triste.
Texte de Dyckson
Copyright Adagp, Paris 2020

Ajouté le

Créé avec Artmajeur